La Loire à vélo comme premier voyage à deux-roues

L’été dernier, entre 2 confinements, j’ai profité d’une bouffée d’air estivale pour découvrir la Loire à vélo en 6 jours. Une évasion bienvenue et un tout premier voyage en deux-roues pour moi qui suis plutôt habitué des road trips ou des voyages en train.

Quel bonheur de pédaler sur cet itinéraire mythique, le long d’un tracé de 128 km entre Blois et Azay le Rideau qui permet de découvrir quelques-uns des plus beaux monuments du patrimoine français. Chambord, Villandry, Chenonceaux ou encore Amboise sont au programme.

Entre vignobles, prairies et forêts, découvrez cette itinérance lente le long de la Loire qui vous mènera aux portes du Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine.

L’itinéraire de la Loire à Vélo

La Loire à Vélo est un itinéraire touristique cyclable de 800 kilomètres de long.  Il relie Cuffy, dans la région de Nevers, à Saint-Brevin-les-Pins, juste en face de Saint-Nazaire. La Loire à Vélo est une portion de l’Eurovélo 6, la grande transversale cyclable européenne qui poursuit vers la ville de Bâle en Suisse.

L’itinéraire existe depuis 1995 et c’est l’un des plus populaires de France. Il est d’un niveau tout à fait accessible, ce qui explique que je l’ai choisi pour ma première expérience de voyage à vélo en France.

Cette route cyclable permet de s’immerger en pleine nature, tout en découvrant un patrimoine exceptionnel classé à l’UNESCO en tant que « paysage culturel vivant ». Vous pédalez le long de la vallée de la Loire, à travers les départements du Cher, du Loiret, du Loir-et-Cher, d’Indre-et-Loire, du Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique.

La Loire à Vélo est une véritable invitation à la déconnexion en pleine nature. Ajoutez-y une grosse dose de patrimoine, saupoudrez d’un peu de terroir, de gastronomie et de viticulture et votre voyage s’annonce déjà inoubliable !

Sur la Loire à vélo

De Blois à Azay le Rideau par l’itinéraire de la Loire à vélo

Pour partir à la découverte de toutes les richesses naturelles et culturelles qui se cachent le long de cet itinéraire, j’ai loué un VTC et roulé durant 6 jours sur les pistes cyclables de l’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher. J’ai choisi de découper ce parcours en 5 étapes :

  • Blois – Chambord – Blois (41,9 km et 294 de D+) ;
  • Blois – Chaumont-sur-Loire – Amboise (41,5 km et 349 D+) ;
  • Amboise – Chenonceaux – Amboise (31,1 km et 260 m D+) ;
  • Amboise – Tours (27,4 km et 212 m D+) ;
  • Tours – Azay le Rideau (29,2 km et 182 m D+).
  • Retour à Blois en TER.

Une très belle aventure en mode slow que je vous raconte aujourd’hui. Découvrez tous mes conseils pour préparer votre premier voyage à vélo le long de cet itinéraire mythique.

Quand et comment se rendre à Blois pour pédaler sur la Loire à vélo ?

J’ai parcouru cet itinéraire cyclable dans la Loire à la toute fin du mois d’août. Même si j’ai évité le gros de la foule et des fortes chaleurs, ce n’était pas forcément la meilleure période pour découvrir ce parcours. Je vous recommande plutôt d’entreprendre cette itinérance hors saison, par exemple au printemps, en mai ou en juin.

Le tracé de la Loire à vélo peut s’effectuer dans le sens Saint-Brevin-les-Pins – Saint Nazaire (comme je l’ai fait) ou bien en remontant la Loire. Ce qui est très pratique, c’est que de nombreuses gares TER jalonnent cet itinéraire et que de nombreux trains ont été spécialement aménagés pour les cyclistes de la Loire à vélo.

La gare de Blois-Chambord est connectée à Orléans, Tours et Paris par le TER.

Où louer son vélo pour parcourir la Loire ?

J’ai choisi de louer mon VTC chez les Vélos Verts, car ils possèdent des agences tout au long du parcours et que les tarifs étaient intéressants. Ce qui m’a plu, c’est qu’ils proposent des itinéraires sur leur site internet et qu’il est également possible de réserver votre vélo et votre matériel en ligne. Toutefois, les vélos de cette agence ne sont pas tout neufs et niveau confort, c’était vraiment limite sur la fin du tracé. A refaire, je choisirai donc un autre prestataire…

Mon itinéraire le long de la Loire à vélo

Même si la Loire à vélo est un itinéraire cyclable accessible, ce n’est pas pour autant un tracé facile, du moins pour le débutant que je suis. Si les premiers jours ont été avalés plutôt facilement, la fatigue s’est fait sentir rapidement, surtout au niveau des jambes. Mais vraiment, cela ne doit absolument pas vous décourager, car cette itinérance n’est pas du tout physique ni sportive. Simplement, l’itinéraire de la Loire à vélo n’est pas 100% plat comme on pourrait le croire.

Pour autant, je garde un souvenir fantastique de cette route cyclable qui m’a permis de totalement déconnecter durant 6 jours. La majorité des étapes de la Loire à vélo se déroulent sur des voies spécialement aménagées ou de petites routes et chemins de campagne. Je me suis souvent retrouvé seul au monde, en pleine campagne ou dans le vignoble. C’était vraiment une belle évasion en France comme je les aime.

Le château de Chambors

Jour 1 : Blois – Chambord – Blois (41,9 km et 294 m de D+)

Au départ de Blois, la piste cyclable embrasse le tracé du fleuve depuis la rive droite et offre un magnifique panorama sur la ville et le château. Avant la sortie de la ville, quelques guinguettes permettent de profiter de la vue en dégustant une bière locale (stop parfait pour le retour).

En suivant la piste jusqu’à Saint-Dyé sur Loire, vous pourrez admirer quelques très beaux châteaux en bordure du fleuve, comme celui de Ménars ou celui de Saint Denis. A hauteur du village de Saint Dyé, la piste quitte les bords de Loire à travers la campagne, pour rejoindre la forêt de Chambord et déboucher sur le château par le sud.

L’arrivée sur le site est particulièrement impressionnante. Vous pourrez facilement parquer vos vélos pour visiter Chambord (incontournable !). Nous avons choisi de revenir vers Blois via l’itinéraire touristique qui traverse la forêt de Chambord, le temps d’une belle escapade à travers bois. Malheureusement, l’arrivée sur Blois à partir de Vineuil ne présente pas de véritable intérêt.

Jour 2 : Blois – Chaumont-sur-Loire – Amboise (41,5 km et 349 m D+)

En fin de matinée, nous quittons Blois pour pédaler vers Chaumont-sur-Loire. Cette étape est l’une des plus bucoliques du tracé, car elle permet vraiment une échappée en pleine campagne, loin du tumulte des villes. J’ai vraiment déconnecté totalement en quelques minutes seulement !

On rejoint Candé-sur-Beuvron par les coteaux viticoles, puis peu avant Chaumont, la véloroute rejoint les rives de Loire et offre des paysages magnifiques et sauvages sur le fleuve. Au château de Chaumont, qui évoque un château de conte de fée, ne manquez pas le festival international des jardins. C’est magique !

Au-delà de Chaumont, le Loire à vélo emprunte de petites routes de campagne. Sur la fin du parcours, vous traverserez le vignoble de Touraine. Attention, ça grimpe vraiment en fin d’étape. Ne faites pas la même erreur que nous : réservez un hébergement proche du centre-ville, car les alentours d’Amboise sont très vallonnés. Et après une journée à pédaler, on n’a pas forcément envie de reprendre le vélo pour aller manger !

Vue sur le château d'Amboise

Jour 3 : Amboise – Chenonceau – Amboise (31,1 km et 260 m D+)

Au troisième jour de ce voyage à vélo le long de la Loire, nous avons décidé de faire une étape courte, histoire de souffler un peu et de ne pas pédaler toute la journée. A 15 kilomètres au sud d’Amboise, Chenonceau se situe sur les rives du Cher. C’est l’un des plus beaux joyaux du parcours et je ne voulais absolument pas le manquer. J’avais visité ce château lorsque j’étais enfant et j’en gardais un souvenir assez merveilleux…

Le trajet jusqu’au château se fait par des petites routes et des chemins forestiers qui, même en fin d’été, sont encore magnifiques. On pédale à l’ombre, dans le sous-bois avec une superbe lumière. L’itinéraire descend en pente douce jusqu’au petit village de Chenonceau et sa belle architecture médiévale.

J’ai été particulièrement impressionné par le jardin de Diane de Poitiers : un jardin sur l’eau de style Renaissance assez sublime et redessiné à la fin du XIXe siècle par Achille Duchêne. En fin de journée, les lumières sont magnifiques sur le Cher et la découverte de ce château qui surgit au-dessus de la rivière, au-delà des bois, est un moment assez enchanteur. Malheureusement, la visite de l’édifice laisse un peu sur sa fin : la bâtisse est vide, sans scénographie. Quel dommage !

Le château de Chenonceau

Jour 4 : Amboise – Tours (27,4 km et 212 m D+)

Nous avons profité de la matinée pour découvrir la ville d’Amboise. Depuis la rive gauche de la Loire, le panorama sur le château royal est splendide ! Nous avons repris notre itinérance à vélo en direction de Tours. Jusqu’à Lussault, la Loire à vélo emprunte des chemins et des pistes en bordure de fleuve. C’est bucolique, rafraîchissant, dépaysant.

Nous quittons désormais les berges pour nous enfoncer dans le vignoble de Vouvray, à travers des paysages de vignes à perte de vue. Si vous avez le temps, faites un détour par une cave pour une dégustation. En chemin, le petit château de la Bourdaisière et son potager méritent le détour.

Depuis Montlouis, une toute nouvelle voie verte mène jusqu’à la capitale de la Touraine. Le trajet est assez facile, mais malheureusement, la dernière portion située en bordure d’autoroute est assez décevante. C’est de loin la moins belle étape de ce parcours sur la Loire à vélo.

Jour 5 : Tours – Azay le Rideau (29,2 km et 182 m D+)

Je profite de la matinée pour voir l’essentiel de Tours, le temps d’une petite balade à pied dans la vieille ville en passant par l’iconique place Plumereau, la fourmillante rue Colbert et la cathédrale Saint-Gatien, pièce maîtresse de l’art gothique en Touraine.

Il est déjà temps de reprendre la route, le long du Cher, pour une très belle étape au vert. Petite halte à Savonnières, c’est magique ! Un peu hors du temps avec ce clocher qui émerge au-dessus de l’eau et ses vieux gréements en bois qui naviguent sur la rivière.

Nous arrivons rapidement à Villandry, sous la pluie. J’espère que le temps ne va pas se gâter, car honnêtement, on n’a rien prévu pour ça ! Même sous un ciel gris, les jardins à la française du dernier château construit dans le Val de Loire ont vraiment de la gueule ! Depuis la terrasse du donjon, le panorama est idyllique…

La fin de l’itinéraire sera plus difficile. Ça tire sévèrement dans les jambes, après 5 jours à pédaler le long de la Loire…

Jour 6 : Visite du château d’Azay le Rideau et retour à Blois en TER

Azay-le-Rideau est un clap de fin magistral pour cette itinérance à vélo dans les châteaux de la Loire. Magique, envoûtant, flottant sur l’eau, quelle beauté ! Merci à la lignée des marquis de Biencourt qui ont rendu à ce château du XIVe siècle ses lettres de noblesse. Pour une fois, la visite est vraiment passionnante avec une enfilade de très belles pièces qui rassemblent une impressionnante collection de mobilier, de tableaux et d’objets d’art.

Ainsi s’achève mon voyage en vélo dans la Loire, à la découverte des plus beaux châteaux de France. Retour en TER, tranquille jusqu’à Blois, vélo à bord ! Je rentre chez moi, la tête remplie de très beaux souvenirs et cette impression d’avoir, durant une semaine, quitté notre monde pour vivre une expérience lente, sur la route, à l’écoute de la nature…

Lien utiles

Envie d'autres escapades dans l'Hexagone ?

Abonnez-vous au podcast La France Baladeuse

Partager l’article

Laisser un commentaire